Category: Premiers secours

Premiers secours après une noyade : Comment aider ?

Se baigner dans l’eau peut être très amusant. Mais outre l’amusement, l’eau recèle également de nombreux dangers. Selon le SLRG SSS, 46 cas de noyade ont été signalés en 2020. Pendant et après une noyade, les personnes touchées dépendent de l’aide immédiate des personnes à proximité. Expliquons-en davantage sur les premiers secours après une noyade. 

Dans quelles circonstances quelqu’un peut-il se noyer ?   

Tout bien considéré, on peut se noyer partout où il y a de l’eau, mais ce sont souvent les circonstances qui sont décisives. Pour les non-nageurs, la situation devient particulièrement dangereuse s’ils se retrouvent soudainement dans les profondeurs de l’eau ou dans la zone non réservée aux non-nageurs. Si un accident de baignade se produit et que des personnes tombent par-dessus bord, la noyade peut également survenir rapidement, même si les personnes savent nager. Si vous avez un accident de baignade et que vous vous cognez accidentellement la tête, vous pourriez perdre connaissance et vous retrouver dans les profondeurs de l’eau et vous noyer.   

Dans la piscine publique, il y a aussi des accidents occasionnels au cours desquels des personnes peuvent se noyer. Des enfants ou des jeunes sautent du bord de la piscine et tombent accidentellement sur un plongeur. Ici, la personne concernée peut perdre connaissance et se noyer lentement sans que personne ne s’en aperçoive vraiment. C’est pourquoi vous devez toujours respecter les règles dans la piscine en plein air et faire attention à vos semblables.   

Il est particulièrement dangereux pour les personnes qui vont dans l’eau en été. Les températures élevées et l’eau froide peuvent faire beaucoup de mal au corps. Des crampes ou des arrêts cardiaques peuvent survenir. Les courants forts peuvent également amener notre corps aux limites de sa force. Il est donc important de prendre soin de soi et, en cas de doute, de ne jamais aller seul dans l’eau. Mais au bout du compte, il se peut que vous deviez donner vous-même les premiers secours. Vous devez alors être prêt à faire face à la situation.   

Comment reconnaître une situation d’urgence dans l’eau ? 

Fondamentalement, il faut avoir un œil attentif pour savoir quand une personne se noie vraiment. Plus la personne touchée est éloignée de la rive, plus il est difficile d’évaluer l’urgence. Si la personne touchée peut encore le faire, elle criera probablement à l’aide ; mais ce n’est souvent pas possible. Au lieu de cela, il faut rechercher un fort étirement excessif de la tête. Cela signifie que la victime essaie toujours de respirer. En plus de cela, les personnes affectées essaient de se maintenir hors de l’eau d’une manière ou d’une autre en frappant l’eau très fort avec leurs bras.  

Avec les enfants, la situation est un peu différente. Les enfants sont généralement incapables d’étirer leur tête au point que leur bouche et leur nez soient hors de l’eau. Ils essaient plutôt de se maintenir hors de l’eau avec tout ce qu’ils ont. Les personnes extérieures peuvent alors tout au plus percevoir les mouvements des bras et des mains. Contrairement aux adultes, les enfants tombent rapidement dans un état de “stupeur” lorsqu’ils se noient et se noient immédiatement après. Les enfants aiment aussi faire de la plongée, ce qui peut paraître suspect aux yeux des personnes extérieures. Par conséquent, il est préférable de toujours garder un œil sur les enfants.   

Comment donner les premiers secours ?   

Si une situation d’urgence survient lorsqu’une personne se noie, vous pouvez suivre ces conseils :    

  • Demandez de l’aide dans un endroit sûr ! Avant d’essayer de tirer la personne hors de l’eau, faites un appel d’urgence. Si vous êtes deux sur les lieux de l’accident, vous pouvez vous répartir le travail. En effet, les victimes de la noyade s’agitent généralement de manière incontrôlée ou tentent de s’accrocher à quelque chose, risquant ainsi de mettre le secouriste en danger. Par conséquent, vous devez d’abord essayer d’aider la personne depuis la rive, si cela est possible. Une bouée de sauvetage, par exemple, peut être utile ici.     
  • Vérifiez la respiration et arrêtez l’hypothermie ! Une fois que la victime est hors de l’eau, vous devez arrêter l’hypothermie en enlevant les vêtements mouillés de la victime. De plus, vous pouvez mettre une couverture de sauvetage sur la victime, si disponible. Attention. Le côté argenté doit être orientée vers le bas ou l’intérieur. Si la personne est consciente, vérifiez si la victime peut encore sentir ses jambes. Si tel est le cas, la personne ne doit pas être déplacée car une chute dans l’eau peut causer des lésions de la colonne vertébrale. Si la personne n’est plus consciente, vous devez immédiatement contrôler sa respiration. Si la personne respire, placez-la en position de récupération ; sinon, commencez immédiatement la réanimation. 

Prévention des accidents de baignade 

Dans le meilleur des cas, un accident de baignade peut être évité à l’avance en prenant les meilleures précautions possibles.     

Suivez les conseils suivants :    

  • Si la température extérieure est chaude, il est essentiel de bien se rafraîchir avant de se mettre à l’eau.  
  • Vous devez sortir de l’eau dès que vous commencez à avoir froid.   
  • Vous ne devez sauter dans l’eau que si vous êtes sûr qu’elle est assez profonde.  
  • Tenez-vous à l’écart des bateaux et des navires.     
  • Si vous ne savez pas nager, l’eau doit vous arriver jusqu’au ventre.    
  • Vous ne devez vous baigner que si vous vous sentez vraiment en bonne santé et à l’aise pour le faire.   
  • S’il y a un orage, vous devez sortir de l’eau immédiatement.    
  • Il faut s’abstenir de submerger les autres sous l’eau.   
  • Il ne faut pas se baigner avec l’estomac plein comme avec l’estomac vide.   
  • Il ne faut pas surestimer ses propres capacités et ses forces.   

Autres articles : 

Sources et autres liens : 

  • https://www.gesundheit.gv.at/krankheiten/erste-hilfe/notfall/ertrinken 
  • https://www.malteser.de/aware/hilfreich/die-nasse-gefahr-erste-hilfe-bei-badeunfaellen-und-ertrinken.html 
  • https://www.slrg.ch/medien/ertrinkungsstatistik.html 
  • https://www.drk.de/hilfe-weltweit/aktuelles-weltweit/meldung/so-helfen-sie-richtig-drk-tipps-zu-badeunfaellen/ 

Crédits photographiques : ©Envatoelements 

Learn More

Trousse de premiers soins : ce dont vous avez absolument besoin !

Une trousse de premiers soins peut être utile en urgence avec des blessures et sauver ainsi des vies. Que ce soit une trousse de premiers soins, sac de premiers soins ou boîte de premiers soins. Ils sont utiles pour assister les premiers soins.  Mais à quoi ressemble le contenu d’une trousse de premiers soins et que faut-il prendre en considération ? 

Dans quelles situations ai-je besoin d’une trousse de premiers soins ?     

Une trousse de premiers soins peut être utile dans toute situation. Que ce soit pour une petite coupure en cuisinant ou un accident sur l’autoroute. Une trousse de premiers soins est destinée à aider rapidement, et de manière professionnelle. 

Dans certains pays tels que l’Allemagne, la présence d’une trousse de premiers soins est obligatoire dans le véhicule, pour les éventuelles urgences. Toutefois, il est recommandé d’avoir une trousse de premiers soins dans le véhicule. Excepté le véhicule, vous pouvez aussi avoir une trousse de premiers soins à la maison. 

Une petite trousse peut être utilisée sur la route. Elle est souvent très simple et petite afin que vous puissiez la transporter dans votre poche ou sac à dos. Une trousse de premiers soins est recommandée pour les longs parcours, tels que la randonnée. 

A quoi doit ressembler une trousse de premiers soins ?   

Une trousse de premiers soins ne doit pas être assemblée à la légère, le contenu est basé sur une norme DIN spécifique. Deux normes DIN sont importantes ici : normes allemandes DIN 13157 et DIN 13157. DIN 13157 concerne les trousses de premiers soins qui sont fournies afin d’assurer de bons premiers secours. DIN 13169 est plus large, et inclut les kits de premiers soins. 

La norme DIN provient d’Allemagne et n’a donc de valeur légale stricte qu’en Allemagne. Toutefois, la norme DIN est également fréquemment mentionnée en Suisse. Si vous voulez acheter une trousse de premiers soins, il ne fait donc aucun mal de jeter un oeil aux normes de nos collègues allemands.

Kit de premiers soins (pour la route)   

Un petit kit de premiers soins pour votre sac à main ou sac à dos peut être assemblé rapidement et simplement. De petits kits de premiers soins sont souvent disponibles à la vente et déjà remplis. Un tel kit de premiers soins est idéal pour les randonnées et excursions. Le contenu suivant est généralement suffisant: 

  • 1x couverture de survie 
  • 1x kit de premiers soins (taille médiane) 
  • 1  paire de gants vynile 
  • 1x compresse non adhésive 
  • 1x sparadrap (set)

Le kit de premiers soins contient les basiques. Selon vos besoins, il peut être à compléter. 

Boîte de premiers soins    

Une boîte de premiers soins se trouve généralement chez vous ou au travail. La boîte de premiers soins est conçue pour des blessures plus graves qui peuvent survenir à la maison ou au travail. En plus de la boîte de premiers soins, les placards de premiers soins sont également utilisés au travail. Un placard de premiers soins est généralement plus grand et a plus de contenu. S’il y a une boîte de premiers soins sur votre lieu de travail, demandez à votre employeur où elle se situe. En cas d’urgence, c’est une information à connaître. 

Sac de premiers soins 

Le sac de premiers soins est le modèle le plus commun, qui peut se situer principalement dans les voitures ou institutions plus grandes, telles que les musées. Le sac de premiers soins est l’un des plus équipé en cas d’urgence. 

Le contenu suivant doit être présent, conformément à la norme DIN: 

  DIN 13157   DIN 13169  
Bandage  DIN 13152   1   2  
Paquets de bandages DIN 13151 (petit)   1   2  
Paquets de bandages DIN 13151 (moyen)   3   6  
Paquets de bandages DIN 13151 (grand)   1   2  
Bandage de fixation (4 m x 6 cm)   2   4  
Bandage de fixation (4 m x 8 cm)   2   4  
Bandage de compression  6   12  
Compresse oculaire    2   4  
Bandage bout de doigt (4,3 x 7,2 cm)   4   8  
Bandage doigt (12 x 2 cm)   4   8  
Bandes (petites)   4   8  
Bandes (grandes)   8   16  
Sparadrap adhésif (5 m x 2,50 cm)   1   2  
Pansement rapide (10 x 6 cm)   8   16  
Couverture de survie argent/or  (210 x 160 cm)    1   2  
Tissu triangulaire  2   4  
Ciseaux à bandages (19 cm)    1   1  
Gants à usage unique  4   8  
Tissu polaire (20 x 30 cm)   5   10  
Foil bag (30 x 40 cm)   2   4  
Compresses froides (petites)   1   2  
Brochures de premiers soins  1   1  
Manuel de premiers soins  1   1  
Recharge selon DIN 13157   1   –  
Recharge selon DIN 13169   –   1  

Information: Ce contenu correspond à la norme DIN, qui n’est pas obligatoire en Suisse. C’est une simple recommandation. 

Que se passe-t-il après avoir utilisé un kit de premiers soins ?     

Si un kit de premiers soins est utilisé, tous les contenus utilisés doivent être commandés dès que possible. Si une nouvelle urgence se présente et que le contenu n’est pas disponible, les premiers soins ne peuvent pas être garantis. Le contenu doit donc être remplacé au plus vite. 

Respectez les dates de péremption 

Le contenu des kits de premiers soins a une date de péremption. Il est important de les contrôler. Si une date de péremption est atteinte, le contenu ne peut plus garantir un effet normal selon la norme DIN. Etant donné que la norme DIN s’applique uniquement en Allemagne, cela ne s’applique pas à la Suisse. Toutefois, il est recommandé de remplacer le contenu arrivé à expiration. 

Vous devez contrôler le contenu de votre kit de premiers soins tous les 6 mois. Vous devez retirer tous les produits dont la date a expiré. Une fois que c’est fait, vous pouvez utiliser la checklist pour recommander les nouveaux produits dont vous avez besoin et les remplacer dès que vous les avez reçus.    

Où conserver un kit de premiers soins ?  

Un kit de premiers soins, que ce soit un sac ou une boîte, doit toujours être conservée dans un endroit sûr. Il doit être stocké au frais et au sec. Il doit être difficile d’accès pour les enfants et nourrissons. 

Plus d’articles: 

Sources et autres liens : 

  • https://www.kroschke.com/inhaltsliste-erste-hilfe-koffer-din13157-din13169–k.html 
  • https://www.betriebsapotheke.ch/welche-rolle-spielt-die-din-norm-fuer-erste-hilfe 
  • https://www.hansaplast.de/ratgeber/wundversorgung/erste-hilfe-schrank 

Crédit photographique : ©Envatoelements 

Learn More

Premiers secours après un incendie : voici ce que vous devriez savoir !

En Suisse, on recense près de 20 000 incendies chaque année. Ils sont responsables du décès d’environ 200 personnes. Comment pouvez-vous apporter votre aide lors de ces urgences ? Avec l’aide du guide Premiers secours après un incendie, vous pouvez sauver des vies. 

Dans quelles circonstances un incendie peut-il survenir ?  

Il peut survenir à partir du moment qu’un feu éclate. Des étincelles jaillissent d’une multiprise, la cuisine prend soudain feu en cuisinant, ou même en mettant volontairement le feu. De nombreuses causes différentes peuvent mener à un incendie. En cas de départ d’incendie, il est important de rester calme et de ne pas paniquer. 

En cas d’incendie, des brûlures peuvent apparaître sur le corps. Il faut distinguer les brûlures mineures des brûlures majeures. Mais lors d’un incendie, il n’y a pas seulement des brûlures corporelles. La combustion de différents objets, tels que les meubles ou les appareils électriques, peuvent entraîner un empoisonnement. Les gaz toxics émis par l’incendie peuvent générer de sérieux dommages si inhalés. 

Que faire après un incendie ?  

Si un incendie se produit chez vous, vous devez dans tous les cas rester calme. Si possible, vous devez commencer par vous extraire de l’incendie. Vous ne devez en aucun cas vous mettre en danger. Si le feu est trop fort, vous devez quitter la pièce. Si possible, fermez les fenêtres et la porte avant de quitter la pièce. Cela évitera une propagation rapide du feu à une autre pièce. Si possible, il est recommandé de positionner une serviette humide sous la porte. Vous devez alors évacuer toutes les autres personnes présentes dans la maison ou l’appartement. Il ne doit rester personne dans le bâtiment. Alertez en frappant aux portes, par les interphones ou par téléphone. S’il y a un ascenseur dans le bâtiement, évitez-le à tout prix. En cas d’incendie, utilisez toujours les escaliers pour évacuer. 

Si vous n’avez pas encore composé le numéro d’urgence, vous devriez le faire maintenant au plus tard. Vous pouvez joindre le service d’incendie Suisse au 118. Vous pouvez également appeler à l’aide sur le numéro européen d’urgence, 112. Plus d’informations à propos des numéros d’urgence en Suisse. Attendez ensuite jusqu’à ce que les pompiers arrivent. Ils vous parleront et évalueront le danger de la situation. Toute information est utile. 

Prodiguer les premiers secours : Instructions 

Que faire si vous trouvez quelqu’un ? Si tel est le cas, vous devez à tout prix lui porter assistance. Vous devez toutefois assurer votre propre sécurité. En cas d’urgence, votre propre sécurité reste la priorité. Si vous ne vous mettez pas en danger, vous devez prodiguer les premiers secours. 

Suivez les instructions suivantes :

  1. Vérifiez l’état de conscience de la victime. Si la victime est consciente, passez au point 2. Si non, passez au point 5.
  2. Essayez de calmer la victime et de vérifier la présence de blessures éventuelles.   
  3. Si les vêtements sont en train de brûler, éteignez immédiatement le feu.
  4. Recherchez ensuite des brûlures ou blessures sur le corps. Vous pouvez en apprendre plus sur que faire en cas de brûlures corporelles ici.  
  5. Si la personne est inconsciente et qu’il n’y a plus de pouls, vous devez démarrer le massage cardiaque. Vous pouvez trouver des instructions détaillées ici.    

Important: Pour prodiguer les premiers secours pendant un incendie, vous devez tout d’abord vous mettre, ainsi que la personne touchée, hors de danger. Dans un environnement sécurisé, vous pouvez ensuite initier les premières étapes de secours après un incendie. 

Soin psychologique 

Un incendie générant d’importants dommages peut être également très stressant pour le mental. Si vous ou un tiers avez besoin de soutien psychologique, vous pouvez toujours vous tournez vers le service pastoral de soin.  

Eviter et prévenir les incendies   

Dans le meilleur des cas, il ne devrait y avoir aucun feu menant à un incendie d’appartement. C’est pourquoi, vous devriez éviter toutes les sources de danger potentiel pour un appartement ou une maison. Vieux appareils électriques, câbles dénudés ou autres. Vous devez prendre le temps d’inspecter votre maison ou appartement à la recherche de ces sources de danger. De plus, il est également utile d’avoir votre propre extincteur en cas d’urgence. Vous serez ainsi bien équipé en cas d’incendie domestique. 

Les détecteurs de fumée sauvent des vies   

En Allemange, il est obligatoire d’installer des détecteur de fumée dans les maisons, mais ce n’est pas encore le cas en Suisse. Les détecteurs de fumée peuvent alerter en cas de départ de feu dans différentes pièces. Les détecteurs de fumée peuvent être d’une grande aide, notamment dans les chambres et chambres d’enfants. De nombreuses victimes d’incendies meurent de suffocation pendant leur sommeil. 

De nos jours, les petits détecteurs de fumée pour appartements ne coûtent pas très cher et sont très simples à installer. Seules les piles doivent être remplacées de temps en temps, afin de garantir le fonctionnement des détecteurs de fumée. Même s’il n’y a rien d’obligatoire à ce sujet en Suisse, nous vous recommandons d’installer des détecteurs de fumée dans votre appartement. 

Plus d’articles: 

Sources et autres liens : 

  • http://wersto.ch/.cm4all/mediadb/Brandstatistik%20der%20Schweiz.pdf 
  • https://www.malteser.de/aware/hilfreich/achtung-feuer-wie-du-richtig-reagierst-wenn-es-brennt.html 

Crédit photographique : ©Envatoelements 

Learn More

Premiers secours après un accident : à quoi il faut faire attention !

Cela arrive plus vite que vous ne le pensez : un accident de voiture. Vous n’êtes peut-être pas personnellement impliqué, mais vous pouvez aider. Les victimes d’accidents dépendent énormément de l’aide des autres. Mais comment pouvez-vous aider en cas d’accident si vous ne connaissez pas la situation ? Que faut-il prendre en compte ? Comment administrer les premiers soins après un accident ?

Utilisez les 6 étapes pour apporter les premiers secours après un accident 

En 2020, il y avait environ 6,2 millions de véhicules en Suisse Cela signifie qu’il y a également beaucoup de voitures sur les routes suisses chaque jour. De nombreuses voitures augmentent également la probabilité d’un accident de la route. Un court micro-sommeil, une petite distraction ou même une défaillance du véhicule peuvent soudainement provoquer un accident. Certains accidents ne causent que des dommages au véhicule, tandis que d’autres peuvent entraîner des blessures mortelles pour les occupants. 

Si cela se produit, les personnes concernées dépendent des mesures de premiers secours des personnes se trouvant à proximité immédiate. Tous les titulaires d’un permis de conduire apprennent en principe à appliquer toutes les étapes importantes lors du cours obligatoire de premiers secours. Mais avec le temps, les connaissances diminuent, car en règle générale, le cours de premiers secours n’est pas répété et les connaissances ne sont pas mises à jour. Mais que devez-vous faire si vous êtes impliqué dans un accident de la route ou si vous en êtes témoin ? 

1. Ne détournez pas le regard

Vous êtes probablement choqué au premier abord lorsque vous êtes témoin d’un accident de la route. Ou même si vous remarquez l’accident et les personnes blessées en conduisant. Mais le cerveau humain réagit presque automatiquement et utilise ses instincts pour aider les autres.  

C’est pourquoi vous ne devez pas détourner le regard lorsque vous êtes victime d’un accident de la route. Parce que lorsque des vies humaines sont en jeu, toute aide vaut mieux que pas d’aide du tout ! Si vous ignorez un lieu d’accident évident et que vous n’apportez pas les premiers secours, vous pouvez être sanctionné pour ne pas avoir porté assistance. Il s’agit donc d’une obligation légale de fournir les premiers secours en cas d’accident de la route impliquant des personnes blessées.  

2. Ne vous mettez pas en danger

Même si d’autres personnes dépendent de notre aide, notre propre sécurité passe toujours en premier. Car si vous vous mettez en danger, vous ne pouvez pas aider les personnes concernées et vous devenez vous-même une victime. Le plus important est de rester calme et de ne pas réagir frénétiquement. Par conséquent, vous devez rester sur le bord de la route autant que possible.   

3. Sécuriser le lieu de l’accident

Avant d’aider la personne blessée ou de passer un appel d’urgence, vous devez sécuriser le lieu de l’accident. Cela permettra de prévenir d’autres accidents et d’éviter de nouvelles blessures. 

Lorsque vous sécurisez la scène d’un accident, faites ce qui suit : 

  1. si vous arrêtez votre véhicule, vous devez le garer à au moins 10 mètres du lieu de l’accident. Lorsque vous garez le véhicule, veillez à ne pas gêner la circulation. Allumez ensuite vos feux de détresse pour attirer l’attention. 
  2. Enfilez ensuite votre gilet de haute visibilité, qui doit être dans la voiture. Vous serez ainsi plus visible pour les autres véhicules.
  3. Enfin, placez le triangle d’avertissement à un endroit bien visible. Le triangle de signalisation doit être placé à une distance minimale du lieu de l’accident. Pour les accidents de la route en ville, cette distance est d’environ 50 mètres, sur les routes de campagne d’environ 100 mètres et sur les autoroutes d’environ 150-200 mètres. Lors de la mise en place du triangle de signalisation, il faut également tenir compte des courbes ou des différences de hauteur. Ceux-ci peuvent gêner la vue du triangle de signalisation ou du lieu de l’accident.   

Conseil : si vous ne voyagez pas seul mais avez d’autres aides, vous pouvez partager les tâches avec eux.

4. Composer le numéro d’urgence

L’étape suivante consiste à composer le numéro d’urgence. Il est également important de rester calme lorsque vous appelez le numéro d’urgence. Plus vous donnerez d’informations au centre d’appels d’urgence, plus les premiers secours professionnels pourront arriver rapidement et de manière ciblée. Vous pouvez interrompre l’appel d’urgence en composant le 112. Une alternative à l’appel d’urgence est une application d’urgence telle que notre TarisApp. Vous pouvez trouver plus d’informations ici. Si vous composez l’appel d’urgence, les questions suivantes sont importantes :   

  • Où se trouve le lieu de l’accident ?  
  • Que s’est-il passé exactement ?  
  • Quelle est la situation sur le lieu de l’accident ?  
  • Combien de personnes ont été blessées ?   

Mais toutes les questions importantes sont posées par le centre d’appels d’urgence par téléphone. En outre, le centre d’urgence peut donner des conseils sur les mesures de premiers secours par téléphone si vous n’êtes pas sûr.

5. Demandez de l’aide

Si personne n’a remarqué l’accident ou ne refuse les premiers secours, vous devez maintenant attirer l’attention sur vous. Agitez vos bras, montrez-leur que vous avez besoin d’aide. Parce que toute aide supplémentaire peut sauver des vies. Et on ne sait jamais si on peut attirer l’attention d’un personnel médical qualifié.

6. Mesures de premiers secours

Les services d’urgence peuvent mettre 10 à 15 minutes pour arriver. Pendant ce temps, il est extrêmement important pour la survie de la victime que les premiers secours soient administrés. Ce faisant, une attention particulière doit être accordée aux points suivants :   

  • Les blessures qui saignent: Se ci sono ferite aperte e sanguinanti sulle vittime, devono essere trattate il più rapidamente possibile. La cosa più importante è fermare l’emorragia. Una fasciatura a pressione può essere usata per fermare l’emorragia 
  • Vérifiez si elle est consciente : Les victimes sont-elles réactives ou ont-elles un pouls ? S’ils sont conscients, vous devez essayer de les calmer. Vous pouvez les aider en leur disant que l’aide est en route et qu’elle arrivera bientôt. Les personnes concernées doivent également être enveloppées avec la couverture de secours. Très important : le côté argenté doit être vers le bas ! Cela protège la victime de l’hypothermie.   
  • La victime est-elle inconsciente? Vous devez alors procéder immédiatement à des mesures de réanimation. Pour en savoir plus sur les premiers secours et les mesures de réanimation, cliquez ici.   

D’autres articles :  

Sources et autres liens : 

  • https://www.malteser.de/aware/hilfreich/erste-hilfe-beim-autounfall-was-tun.html 
  • https://www.bfs.admin.ch/bfs/de/home/statistiken/mobilitaet-verkehr/verkehrsinfrastruktur-fahrzeuge/fahrzeuge.html 

Bildnachweis: ©Envatoelements 

Learn More

Réanimation par le bouche-à-bouche : ce à quoi il faut faire attention!

Dans le meilleur des cas, la réanimation par le bouche-à-bouche peut sauver des vies. Aujourd’hui encore, de nombreuses personnes ne savent pas quand et comment pratiquer le bouche-à-bouche. Dans un cours de premiers secours, par exemple, vous apprenez non seulement la théorie, mais aussi la pratique du bouche-à-bouche. Cela se fait, par exemple, à l’aide d’exercices sur un mannequin. Vous n’avez pas suivi de cours de premiers secours ou vous en avez oublié la majeure partie ? Dans cet article, nous avons résumé pour vous les informations les plus importantes sur la réanimation par le bouche-à-bouche.

Quand la réanimation par le bouche-à-bouche est-elle nécessaire?  

En principe, la réanimation par le bouche-à-bouche est nécessaire lorsque la victime cesse de respirer. Cependant, la seule ventilation de la victime n’est pas suffisante. En plus de la ventilation, un massage cardiaque doit être appliqué. Si la victime cesse de respirer, il s’agit normalement aussi d’un arrêt cardiaque. La circulation cardio-pulmonaire dans le corps humain est interrompue et l’oxygène ne circule plus dans l’organisme via la circulation sanguine.   

En cas de réanimation par le bouche-à-bouche, il est important d’administrer les premiers soins le plus rapidement possible. Si la respiration d’une personne s’arrête, il ne reste plus beaucoup de temps avant que d’autres dommages consécutifs ne se produisent. Plus le temps passe sans que le cœur ne batte et sans que l’oxygène ne circule dans le corps, plus le corps se dégrade. Si le corps reste sans oxygène pendant environ 10 secondes, notre cerveau commence à arrêter la plupart de ses fonctions. Il en résulte une perte de conscience, en tant que réaction de défense du corps face au manque d’oxygène. Le corps commence à utiliser l’oxygène restant avec parcimonie.   

À partir de la 3e minute, les premières cellules nerveuses du cerveau commencent à se détériorer. Mais à partir de la 5e minute, si la réanimation réussit, de graves dommages consécutifs peuvent se produire dans la région du cerveau. Cela affecte à son tour de nombreuses autres fonctions de notre corps, comme parler ou bouger. Le cerveau est donc l’organe le plus sensible de notre corps en ce qui concerne l’apport d’oxygène. D’autres organes de notre corps peuvent supporter plusieurs heures sans oxygène sans subir de dommages majeurs.

La réanimation par le bouche-à-bouche est-elle suffisante ?   

Non ! Pour une réanimation réussie, la combinaison du bouche-à-bouche et du massage cardiaque est nécessaire. Dans un premier temps, la ventilation permet seulement au corps de retrouver un peu d’oxygène. Mais dans le cas d’un arrêt cardiaque, il est en fait beaucoup plus important de faire en sorte que le cœur batte à nouveau. Lorsque le cœur recommence à battre, l’oxygène entre à nouveau automatiquement dans la circulation cardio-pulmonaire. L’inverse n’est pas le cas.

Comment faire du bouche-à-bouche : instructions 

Pour assurer une bonne alimentation en oxygène, vous pouvez suivre les étapes suivantes :   

  • Dans un premier temps, penchez un peu votre tête en arrière et dirigez votre menton vers le haut. Cela aidera à dégager les voies respiratoires.   
  • Dans l’étape suivante, rapprochez le pouce et l’index de la main du front et fermez le nez de la personne affectée avec.   
  • Ouvrez ensuite la bouche de la personne tout en gardant le menton dirigé vers le haut.   
  • Inspirez ensuite normalement et, immédiatement après, placez vos lèvres complètement autour de la bouche de la personne.   
  • Expirez l’air inspiré pendant environ 1 seconde dans la bouche de façon que la poitrine de la personne se soulève un peu.   
  • Puis inspirez à nouveau profondément en tournant la tête sur le côté. Ce faisant, la poitrine de la victime doit s’abaisser à nouveau. Après avoir inhalé, répétez l’étape précédente en expirant l’air inhalé dans la bouche de la victime.     

Combinaison avec le massage cardiaque   

En plus de l’oxygénation par le bouche-à-bouche, le massage cardiaque est également important. Seule la combinaison de ces deux mesures peut conduire à une réanimation réussie. Vous trouverez ici des instructions détaillées sur les mesures de réanimation.   

Que se passe-t-il après la réanimation?   

Une fois la respiration et le rythme cardiaque rétablis, la victime doit être placée en position de récupération. Comment cela fonctionne-t-il ? Vous pouvez le découvrir ici. La position latérale stable permet d’assurer une respiration correcte et stable, même si la personne concernée n’est pas encore consciente. En plus de la position latérale stable, la personne touchée doit être immédiatement transportée à l’hôpital. Ensuite, les dommages supplémentaires et la cause de l’arrêt cardiaque peuvent être clarifiés 

Réanimation par le bouche-à-bouche à l’époque du Covid-19 

Même à l’époque du Corona, de nombreuses personnes sont tributaires de la rapidité et de la réussite des premiers secours apportés par leurs semblables. Mais comment se comporter quand on doit éviter tout contact avec d’autres personnes ? Deux options s’offrent à vous. L’option 1 consiste à mettre un tissu sur le nez et la bouche de la victime. De cette façon, le risque d’infection par gouttelettes peut être évité autant que possible, tout en assurant un apport suffisant en oxygène.   

Ceux qui n’osent pas pratiquer le bouche-à-bouche peuvent se rabattre sur l’option 2 et l’omettre en cas de doute. Le massage cardiaque, qui permet de faire battre à nouveau le cœur, est beaucoup plus important dans la réanimation. La ventilation est une aide supplémentaire pour la réanimation. Mais ce n’est pas toujours le cas. Dans les premiers secours après une noyade, l’apport d’oxygène par le système respiratoire peut être déterminant. Il faut donc toujours décider en fonction de la situation. Dans la plupart des cas, cependant, vous pouvez vous passer de la réanimation par le bouche-à-bouche.   

Note: Vous n’êtes toujours pas sûr ? Téléchargez ensuite la TarisApp et assurez les premiers soins professionnels à proximité du lieu de l’accident. Pour en savoir plus, cliquez ici.  

Autres articles: 

Sources et autres liens: 

  • https://www.drk.de/hilfe-in-deutschland/erste-hilfe/atmung/mund-zu-mund-beatmung/ 
  • https://www.herzstiftung.de/ihre-herzgesundheit/anzeichen-fuer-herzprobleme-erkennen/im-notfall/erste-hilfe-corona 

Bildnachweis: ©Envatoelements 

Learn More

Schéma des feux de signalisation : observer, réfléchir, agir!

Un accident se produit et vous devez donner les premiers soins. Dans la plupart des cas, les sauveteurs paniquent et sont dépassés par la situation. Cela est principalement dû au fait que la plupart des gens ont trop peu de connaissances en matière de premiers secours. Dans ces cas, le schéma des feux de signalisation, aussi dite règle ORA, est destiné à fournir un soutien. Grâce au système de feux de circulation, il est possible d’administrer des premiers soins relativement bons. Vous trouverez ici tout ce que vous devez savoir sur le schéma des feux de signalisation.  

Schéma des feux : instructions 

L’utilisation du principe des feux de signalisation est un bon moyen d’être prêt en cas d’urgence. La règle de base dans une situation d’urgence est la suivante : regarder, réfléchir et ensuite agir. 

À l’aide du schéma des feux de signalisation, vous pouvez procéder comme suit :   

1.  Regardez

  • et d’abord obtenir un aperçu de la situation d’urgence.  
  • Que s’est-il passé exactement ?  
  • Qui est impliqué dans la situation ?  
  • Et surtout : qui est concerné 

2. Réfléchissez

  • et essayez de penser calmement et clairement.  
  • Exclure tout danger pour les personnes qui aident.  
  • Éliminez également tout danger pour les autres personnes se trouvant dans le périmètre immédiat.  
  • Et surtout : exclure tout danger pour les personnes concernées et les victimes.

3. Agissez

  • et protégez-vous d’abord, car votre sécurité passe avant tout !   
  • Sécurisez et marquez la scène de l’accident.   
  • Si nécessaire, éteignez les machines ou autres.  
  • Donnez les premiers soins et attirez l’attention sur vous

Grâce à ce simple diagramme de feux de circulation, vous pouvez rapidement avoir une vue d’ensemble en cas d’urgence et apporter les premiers secours importants. Il est particulièrement recommandé de suivre régulièrement un cours de premiers secours et de rafraîchir ses connaissances.

Le diagramme des feux de signalisation est uniquement destiné à une orientation générale et ne remplace pas les connaissances professionnelles en matière de premiers secours. Les connaissances préalables sont également très importantes lors de l’utilisation d’une mallette de premiers secours. Comment utiliser correctement le contenu d’une mallette de premiers secours ? Ces questions et d’autres encore trouvent une réponse lors d’un cours de premiers secours aussi important. 

Quand peut-on utiliser le schéma de feux?  

Le schéma des feux de signalisation a été conçu de manière à pouvoir être utilisé pour presque toutes les urgences. Les sauveteurs peuvent suivre le schéma des feux de signalisation s’ils ne sont pas sûrs et donner les premiers soins à la personne touchée. En outre, il existe différentes approches de premiers secours pour différentes urgences. Dans le cas d’une crise cardiaque, par exemple, il existe des différences dans l’application des premiers secours par rapport aux premiers secours pour un AVC. Toutefois, en cas de doute, il est toujours conseillé d’appliquer le système de feux rouges. 

En cas d’urgence, les personnes touchées sont toujours dépendantes des premiers secours des autres. Et le seul comportement incorrect est de ne pas donner les premiers secours. La séquence des feux est aussi utile dans les situations d’urgence. Parce que vous devez d’abord penser à votre propre sécurité, avant de vous mettre en danger vous aussi. Ce n’est qu’alors que vous pourrez passer aux étapes suivantes. Vous pouvez faire beaucoup d’erreurs quand il s’agit de respecter la séquence des premiers secours. 

La mèthode Sample   

En plus du schéma des feux de signalisation, la méthode Sample peut être utilisée comme support. Elle peut être utilisée pour établir un premier historique de la situation d’urgence. L’anamnèse se déroule essentiellement lors d’une visite chez le médecin. Le médecin pose une série de questions pour connaître l’état actuel des connaissances sur les maladies antérieures.     

Les antécédents d’urgence peuvent être très importants pour la poursuite des premiers soins en cas d’urgence. La victime a-t-elle des allergies, des maladies antérieures ou d’autres blessures qui ne sont pas visibles à première vue ? En attendant l’arrivée des services d’urgence, la combinaison de la méthode de feux de circulation et de celle Sample peut être d’une grande aide pour les personnes concernées.   

Le schéma Sample est structuré comme suit :  

S – Symptômes : Quels sont les symptômes ressentis par la personne affectée ?

  • En posant diverses questions, d’autres symptômes peuvent être identifiés. De cette façon, d’autres lésions peuvent être identifiées ou exclues.   

A – Allergies : Quelles sont les allergies présentes chez la personne affectée ?  

  • Il s’agit de déterminer si la victime a des allergies et, le cas échéant, lesquelles. Ces informations peuvent être très importantes pour les forces de secours qui arrivent. 

M – Médicaments : Quels médicaments la victime prend-elle ?  

  • Si la victime prend des médicaments, cette information est très importante pour les services de secours. Ils peuvent agir plus rapidement et avec de meilleures connaissances et prendre les bonnes mesures. Ces informations sont également très importantes pour l’administration d’autres médicaments. 

P – Pathologies antérieures : Quelles pathologies ou accidents antérieurs sont connus ?

  • Savoir de quelles précédentes maladies souffre la victime est une information importante pour les services d’urgence. De cette façon, ces maladies peuvent être contrôlées et traitées plus rapidement.    

L – Dernier repas : Quelle nourriture la victime a-t-elle mangée avant l’urgence?

  • Le dernier repas est également une information importante pour les équipes de secours.   

E – Événements précédant l’accident : Que s’est-il passé avant l’accident ?  

  • Cette question est très importante, surtout en cas d’incidents répétés. Ces incidents se sont-ils produits auparavant ou y a-t-il eu des incidents similaires auparavant ?   

Premiers soins avec le TarisApp 

Depuis quelques années, il existe également des applications dites d’urgence, qui sont censées aider à prodiguer rapidement de bons premiers soins en cas d’urgence. Avec notre TarisApp, par exemple, vous pouvez non seulement appeler une urgence via l’application pour téléphone mobile, mais aussi demander rapidement et facilement une aide supplémentaire. 

Entre-temps, vous appelez également à l’aide des secouristes professionnellement formés qui se trouvent à proximité immédiate. Ainsi, en cas d’urgence, des premiers secours rapides et professionnels peuvent être apportés aux personnes concernées. Dans de nombreux cas, l’aide professionnelle arrive trop tard en cas d’urgence, même s’il y a un médecin ou une infirmière à proximité.   

Information : Saviez-vous que les services d’urgence mettent en moyenne jusqu’à 15 minutes pour arriver sur le lieu d’un accident ? En cas de doute, ces 15 minutes peuvent faire la différence entre la vie et la mort. Avec la TarisApp, ces 15 minutes peuvent être surmontées avec l’aide d’un professionnel.   

Autres articles : 

Sources et d’autres liens : 

  • https://flexikon.doccheck.com/de/SAMPLE-Schema 
  • http://www.erstehilfe.ch/notfall-was-tun/ampel-schema.html 

Bildnachweis: ©Unsplash 

Learn More

First Aid Training - Electric shock

Premiers secours en cas d’électrocution : comment réagir correctement !

Dans notre vie quotidienne, nous rencontrons aujourd’hui une grande variété de sources d’électricité. Si de nombreuses sources d’énergie sont inoffensives, d’autres peuvent être très dangereuses pour les personnes. Dans le pire des cas, un choc électrique peut entraîner la mort. Mais que faire après un choc électrique ? Nous fournissons des informations sur les premiers secours en cas d’électrocution.  

Que se passe-t-il dans le corps lors d’un choc électrique?  

Une grande quantité d’énergie circule dans le corps humain, et les impulsions électriques en sont responsables. Le système nerveux humain fonctionne par le biais de signaux électriques. Cela permet, entre autres, d’envoyer certaines commandes de notre cerveau à nos muscles. L’un des muscles les plus importants de notre corps, le cœur, est également amené à battre par certaines impulsions électriques. Si l’électricité est produite et transmise à l’intérieur du corps, ce n’est pas un problème pour le corps. Mais si une source externe d’électricité est ajoutée, cela peut être dangereux.  
Si l’électricité arrive dans le corps depuis l’extérieur, les impulsions électriques sont amplifiées dans le corps et déclenchent divers symptômes. Les muscles commencent à avoir des crampes ou même des contractions. Même quelques milliampères peuvent suffire à altérer les fonctions du corps humain. Par exemple, si vous touchez accidentellement une source d’énergie faible, vous recevez généralement un court choc électrique. Cela provoque un bref sursaut du corps.

Causes  

Différentes sources d’électricité peuvent provoquer une électrocution. Nous avons rassemblé les sources d’électricité les plus courantes présentant un potentiel de choc:   

  • Appareils électriques défectueux  
  • Sources d’alimentation non sécurisées (par exemple, câbles d’alimentation cassés et ouverts)  
  • Travailler sur des sources d’énergie sans connaissances spécialisées  
  • Lignes électriques à haute tension  
  • La foudre  
  • Accidents avec des appareils électriques   
  • et bien plus encore.  

Quand un choc électrique peut-il devenir dangereux?  

Le moment où un choc électrique peut être dangereux pour les personnes dépend également de la source du courant. Cela dépend du type et de la puissance de la source d’énergie. Il est particulièrement dangereux lorsque le courant passe par le cœur. Si c’est le cas, cela peut mettre la vie de la personne concernée en danger. En principe, avec une source de courant alternatif (par exemple, une prise de courant), environ 20 à 50 milliampères suffisent déjà à endommager le cœur. Des arythmies cardiaques, voire un arrêt cardiaque, peuvent alors survenir.   

À titre de comparaison: une prise domestique de 230 volts a un débit d’environ 16 000 milliampères (16 ampères). Il suffit donc de peu de choses pour qu’un choc électrique mette la vie en danger. Néanmoins, de nombreuses sources d’alimentation sont munies de fusibles et peuvent donc protéger contre les chocs électriques graves.   
Les premières crampes musculaires peuvent se produire à environ 16 milliampères. Cela peut conduire, par exemple, à l’incapacité de retirer la main de la source de danger. Ici, la règle s’applique également : plus longtemps vous êtes exposé à une source d’énergie, plus elle peut devenir dangereuse pour votre corps. Cela signifie que même une crampe musculaire sur le corps peut être très dangereuse. Les muscles autour des poumons peuvent également se contracter et causer des problèmes de respiration à la personne affectée. Dans le pire des cas, la personne concernée peut suffoquer.   

En ce qui concerne la puissance de la source d’alimentation, une distinction fondamentale peut être faite entre la catégorie basse tension et la catégorie haute tension. Dans le domaine de la basse tension, on parle de sources de courant jusqu’à 1 000 volts. Une gamme haute tension fait référence à des sources de courant de 1 000 volts ou plus. Dans le cas des appareils à basse tension, des accidents additionnels d’électrocution se produisent fréquemment. Par exemple, tomber d’une échelle après avoir tressailli à cause d’un choc électrique. Les accidents à haute tension, en revanche, ont des conséquences beaucoup plus graves. Par exemple, lorsque des personnes montent dans des trains et entrent en contact avec une ligne à haute tension. Cela peut entraîner de graves brûlures sur le corps ou la mort immédiate.

Premiers secours en cas de choc électrique   

En cas d’accident électrique, la priorité est toujours d’assurer votre propre sécurité. Cela signifie que si vous êtes secouriste pour les victimes d’un accident électrique votre propre sécurité passe avant tout !
Si vous êtes vous-même victime d’un choc électrique, vous ne pouvez pas faire grand-chose. Si vous avez pu vous éloigner de la source d’électricité, vous devez immédiatement consulter un médecin ou composer le numéro d’urgence. 

Instructions 

Si vous donnez les premiers soins en cas d’électrocution, vous pouvez suivre ces instructions : 

  • N’oubliez pas de composer le 112 et de décrire la situation.   
  • Faites attention à votre propre sécurité ! 
    En cas d’accident de basse tension : Retirez le fusible, éteignez l’appareil ou débranchez la fiche secteur. 
    En cas d’accident de haute tension : gardez une distance minimale de 20 m de la personne concernée. La zone autour de la haute tension doit d’abord être sécurisée avant que des mesures de premiers secours puissent être prises par du personnel médical qualifié.   
  • Le lieu de l’accident est-il sécurisé et la personne concernée est-elle consciente ? Vous pouvez ensuite parler à la personne concernée et, si nécessaire, essayer de la calmer.   
  • Avant de toucher la personne, vous devez mettre des gants de protection.  
  • S’il y a des brûlures ouvertes sur le corps de la victime, couvrez-les soigneusement pour éviter les germes.   
  • La personne affectée n’est pas consciente ? Placez ensuite la personne concernée en position de récupération. Continuez ensuite à vérifier la respiration et le pouls de la victime.  
  • En l’absence de respiration et de pouls, effectuez immédiatement les Mesures de réanimation.   

Outre les mesures de premiers secours, vous devez également appeler les secours. Vous pouvez appeler les secours très facilement avec l’application d’urgence TarisApp par exemple. Avec la TarisApp vous pouvez non seulement composer l’appel d’urgence via l’application, mais aussi demander l’aide du personnel médical qualifié se trouvant à proximité. Cela peut être particulièrement utile en cas d’accident électrique, car de nombreuses personnes sont déstabilisées par le danger potentiel qu’elles courent. En outre, l’arrivée des services d’urgence peut prendre 15 minutes. Et surtout dans le cas d’un accident électrique, chaque seconde compte. Pour en savoir plus sur la TarisApp cliquez ici.   

Plus d’articles: 

Sources et d’autres liens :

  • https://www.drk.de/hilfe-in-deutschland/erste-hilfe/stromschlag/  
  • https://www.dguv.de/medien/fb-erstehilfe/de/pdf/stromunfall-2016.pdf   
  • https://www.quarks.de/gesundheit/was-bei-einem-stromschlag-in-deinem-koerper-passiert/  

Bildnachweis: ©Envatoelements 

Learn More

Resuscitation on the road

Dommages subséquents à la réanimation : ce que vous devez savoir !

Les maladies cardiaques sont à l’origine d’un peu plus de la moitié des arrêts cardio-vasculaires extrahospitaliers. En cas d’arrêt cardiaque, des mesures de réanimation peuvent être utilisées pour ramener la victime à la vie. Mais que se passe-t-il ensuite ? Des dommages consécutifs peuvent-ils survenir après une réanimation ? Nous avons examiné de plus près les conséquences de la réanimation. 

Dans quelles situations la réanimation est-elle nécessaire ?  

La réanimation, ou réanimation cardio-pulmonaire, est nécessaire en cas d’arrêt cardio-vasculaire. La réanimation permet de réactiver la circulation cardio-pulmonaire d’une personne et donc de la faire revivre. Diverses causes peuvent conduire à des situations dans lesquelles des personnes sont victimes d’un arrêt cardiaque. Dans de nombreux cas, des conditions préexistantes sont responsables, dont certaines n’ont pas été détectées auparavant. Mais l’arrêt cardiaque peut également survenir lors d’accidents graves ou de noyades. 

Quelles conséquences peuvent survenir après une réanimation ?  

Plus longtemps le cœur de la victime ne bat pas et plus longtemps le corps n’est pas alimenté en oxygène, plus les dommages peuvent être importants après la réanimation. Après seulement 10 secondes sans oxygène dans le corps, notre cerveau commence à arrêter les fonctions les plus importantes. Cela a pour effet de vous rendre inconscient. La raison en est que les cellules nerveuses commencent à utiliser beaucoup moins d’oxygène et à l’utiliser avec parcimonie.   

Après environ 30 secondes, cela conduit à ce que l’on appelle une respiration haletante ou même un arrêt respiratoire. En effet, le halètement n’est pas un signe que la victime respire par elle-même. Au contraire, le halètement est le signal d’un mauvais fonctionnement des cellules nerveuses. Après environ 3 minutes, nos cellules nerveuses dans le cerveau commencent lentement à mourir. À partir de la 5e minute, des lésions plus graves peuvent survenir dans la zone du cerveau, qui se manifestent surtout par des lésions consécutives à la réanimation. Malheureusement, le cerveau est l’organe qui ne peut pas durer longtemps sans oxygène. D’autres organes, en revanche, peuvent survivre de 30 minutes à plusieurs heures sans oxygène.   

Il est donc clair que les premières minutes après un arrêt cardio-vasculaire sont cruciales. Plus la personne affectée reste longtemps sans oxygène, plus les dommages consécutifs peuvent être importants après la réanimation. L’application correcte de la réanimation cardio-pulmonaire peut non seulement sauver des vies, mais aussi prévenir d’autres dommages consécutifs. 

Comment pratiquer correctement la réanimation : Instructions  

Si vous êtes dans une situation d’urgence et qu’une personne fait un arrêt cardiaque, vous devez pratiquer la réanimation. Cela se fait à l’aide de la réanimation cardio-pulmonaire. Pour les instructions, nous distinguons deux domaines différents.   

Massage cardiaque   

Le but des compressions thoraciques est de faire battre à nouveau le cœur. Vous ne pouvez le faire que si vous suivez correctement les instructions relatives aux compressions thoraciques :   

  • Tout d’abord, mettez-vous à genoux à côté de la personne affectée, à peu près au niveau de la cage thoracique.   
  • Placez ensuite le talon d’une main au centre de la poitrine.   
  • Placez ensuite le talon de l’autre main sur le dessus de la première.   
  • Ensuite, vous commencez ce qu’on appelle le massage cardiaque. Les bras tendus, placez votre propre poids sur la poitrine de la victime et commencez à appuyer verticalement 30 fois sur une profondeur de 6 cm.   
  • La fréquence des compressions thoraciques est importante et doit se situer entre 100 et 120 battements par minute.    

La respiration artificielle   

Outre le massage cardiaque, l’objectif de la respiration artificielle est de redonner de l’oxygène à la victime. Cette combinaison devrait finalement réussir à réanimer la victime. 

  • Pour introduire de l’oxygène, la tête de la victime est penchée en arrière et le menton est relevé pour exposer les voies respiratoires.  
  • Prenez ensuite l’index et le pouce de la main la plus proche du front de la victime et fermez le nez.   
  • Ensuite, le menton du patient est relevé et la bouche est ouvert.  
  • Maintenant, on respire normalement et on met ses propres lèvres complètement autour des lèvres de la victime.  
  • Puis soufflez l’air inhalé pendant environ 1 seconde. La poitrine de la victime doit se soulever légèrement.   
  • Enfin, tournez votre propre tête sur le côté pour respirer un nouveau souffle. La poitrine de la victime doit se baisser à nouveau. Ensuite, répétez l’étape précédente une fois de plus, c’est-à-dire deux fois au total.   

Particulièrement important !  

  • Le massage cardiaque et la respiration doivent être effectués en alternance. Commencez par les compressions thoraciques (30x), puis passez à la respiration (2x). Répétez cette procédure jusqu’à l’arrivée des secouristes.   
  • Si la réanimation a réussi et que la victime respire de nouveau toute seule, placez-la en position de récupération.   

Une application pour les urgences  

Vous n’êtes pas non plus certain des instructions pour la réanimation ? Alors vous n’êtes pas seul dans ce cas. De nombreuses personnes ne veulent pas faire d’erreur en raison de l’incertitude qui règne dans une situation d’urgence et se retiennent alors. D’autres, en revanche, sont incapables d’aider en raison d’un état de choc. Mais ne pas donner les premiers secours serait la seule erreur que vous puissiez faire. Pour obtenir une aide supplémentaire, vous pouvez simplement utiliser une application d’urgence comme notre TarisApp.

Avec la TarisApp, vous pouvez passer immédiatement un appel d’urgence via une application sur votre téléphone portable. D’autre part, vous pouvez utiliser la TarisApp pour demander une aide médicale professionnelle dans la région. Le personnel médical qualifié se trouvant à proximité reçoit alors une notification indiquant qu’une urgence est proche. Ainsi, même si vous n’êtes pas sûr de vous, vous pouvez rapidement faire en sorte que les bonnes mesures soient prises. Après tout, saviez-vous qu’il faut en moyenne 15 minutes aux services d’urgence pour arriver sur les lieux d’une urgence ? Vous pouvez en savoir plus à ce sujet ici. 

Davantage d’articles : 

Sources et autres liens : 

  • https://www.quarks.de/gesundheit/medizin/das-passiert-wenn-wir-keine-erste-hilfe-leisten/ 

Bildnachweis: ©Envatoelements 

Learn More

Premiers secours en cas de crise de goutte : il faut le savoir !

Lorsque les gens se plaignent de douleurs articulaires, cela peut être dû à un trouble métabolique, la goutte. La conséquence de la goutte peut donc être une crise de goutte. Mais qu’est-ce qu’une crise de goutte exactement et que peut-on faire pour y remédier ? Nous allons vous parler des premiers soins à apporter en cas de crise de goutte.   

Qu’est-ce qu’une crise de goutte exactement ?   

La goutte est une maladie caractérisée par une altération du métabolisme. Normalement, le processus métabolique de notre corps produit de l’acide urique. Cela permet de dégrader certaines substances, comme les purines provenant de l’alimentation ou les stimulants. Les purines sont d’abord transformées en acide urique, puis éliminées par les reins. Ce processus naturel peut être perturbé dans le cas de la goutte. Dans la goutte, l’acide urique ne peut pas être évacué suffisamment comme d’habitude. Ainsi, l’acide urique se dépose dans l’organisme, ce qui entraîne des douleurs ou une inflammation des articulations. En outre, cette situation peut entraîner d’autres maladies.   

Une crise de goutte est généralement un trouble aigu de l’organisme. Cela signifie que la douleur n’est pas permanente, mais qu’elle ne se déclenche que pendant une certaine période. Cependant, les crises de goutte peuvent aussi devenir chroniques. Par exemple, une crise de goutte peut se développer si vous ne modifiez pas votre régime alimentaire alors que vous souffrez de la goutte. Si vous continuez à manger des aliments gras ou à boire beaucoup d’alcool, les crises de goutte aiguës ne sont pas rares. Le trouble métabolique persiste et vous continuez à souffrir de douleurs articulaires ou même rénales désagréables.   

La goutte dépend fortement de l’alimentation et peut donc déclencher des crises de goutte plus ou moins fréquentes. Les purines se trouvent principalement dans la viande, le poisson et l’alcool. La bière, en particulier, contient beaucoup de purines, tandis que le vin en contient moins. Toutefois, en raison de sa forte teneur en alcool, le vin peut également être dangereux pour les personnes souffrant de la goutte. Mais d’autres aliments contiennent également des purines en plus grande quantité. Ainsi, si l’alimentation contient beaucoup de purines, une crise de goutte est très probable.   

Pourquoi une crise de goutte peut-elle être dangereuse ?   

Une crise de goutte peut être dangereuse car elle peut provoquer des symptômes de gravité variable. En outre, des crises de goutte régulières peuvent entraîner d’autres maladies secondaires. Si les crises de goutte se répètent, vous n’avez généralement pas encore maîtrisé votre régime alimentaire. Si elles sont ignorées, elles peuvent entraîner une grave inflammation des articulations ou des problèmes rénaux.   

Si elles se répètent, vous devez absolument consulter un médecin. Vous devez vous fier aux conseils d’un médecin spécialisé dans la goutte. Si vous ne vous sentez pas suffisamment informé après la première consultation, un deuxième avis est toujours recommandé.   

Le médecin peut diagnostiquer la goutte à l’aide d’analyses de sang et d’urine. Si la goutte est avancée, des dépôts peuvent également être observés sur des radiographies. Par mesure de sécurité, certains médecins prélèvent également du liquide articulaire. Après avoir diagnostiqué la goutte, le médecin peut prescrire le traitement adéquat pour les crises de goutte. Outre les changements de régime alimentaire, la goutte peut également être traitée par des médicaments.   

Symptômes d’une crise de goutte 

Un symptôme typique d’une crise de goutte est qu’elle se produit principalement la nuit. Le premier orteil à être touché est généralement le gros orteil, qui commence à gonfler. En outre, le gros orteil devient rouge est très chaud. La douleur dans la zone enflammée est énorme. De petits mouvements ou un simple frottement peuvent provoquer une douleur incroyable. D’autres articulations, comme la cheville ou le genou, sont rarement touchées par une crise de goutte. Dans le pire des cas, une crise de goutte peut durer jusqu’à deux semaines sans traitement.   

Causes d’une crise de goutte   

Comme nous le savons déjà, une crise de goutte peut être provoquée par une consommation accrue de purines. Toutefois, outre une alimentation pauvre et déséquilibrée, d’autres facteurs peuvent également favoriser une crise de goutte.   

 

D’autres facteurs sont à prendre en compte :  

  • Ne pas faire assez d’exercice  
  • Consommation élevée d’alcool   
  • Aliments à forte teneur en purine   
  • Une consommation excessive de fructose, par exemple dans les jus de fruits.   
  • Le surpoids   

Premiers secours en cas de crise de goutte : conseils   

La question que se posent naturellement les malades est de savoir comment traiter rapidement une crise de goutte et, surtout, comment soulager la douleur intense. De nombreux patients ont recours à des remèdes homéopathiques, qui sont censés aider à combattre la douleur et à réduire l’inflammation. La physiothérapie et l’acupuncture sont également réputées aider à prévenir les crises de goutte. Le seul problème avec les crises de goutte, c’est qu’il n’y a pas vraiment de premiers soins. Cela est dû au fait que la douleur et l’inflammation ne peuvent pas guérir rapidement. Il est donc important d’aider votre corps sur le long terme :    

  • Changez votre régime alimentaire et évitez les aliments qui contiennent des purines.   
  • Surtout, suivez un régime pauvre en graisses et évitez les aliments tels que la viande, la charcuterie et les poissons gras. En outre, les repas doivent être pauvres en calories.
  • S’abstenir de toute consommation excessive d’alcool. Cela ne signifie pas que vous devez vous abstenir complètement de consommer de l’alcool. Cependant, vous devez consommer de l’alcool en toute connaissance de cause et en toute conscience. 
  • Buvez beaucoup d’eau pendant la journée, idéalement entre 2 et 3 litres. Si vous pratiquez également du sport et transpirez beaucoup, vous devez boire encore plus d’eau. 
  • Veillez à faire régulièrement de l’exercice ou du sport. Mais il ne doit pas toujours s’agir d’un sport exténuant et exigeant en énergie. La marche régulière, le vélo ou même la randonnée peuvent vous aider.
  • Si vous êtes en surpoids, vous devez essayer de perdre du poids et de réduire votre poids corporel. Mais même dans ce cas, vous devez aborder la perte de poids très calmement. Perdre du poids prend du temps.     

Autres articles : 

Sources et d’autres liens : 

  • https://www.deutsche-familienversicherung.de/krankenhauszusatzversicherung/ratgeber/artikel/gicht-ursachen-symptome-behandlung/ 
  • https://www.tk.de/techniker/gesundheit-und-medizin/behandlungen-und-medizin/orthopaedische-erkrankungen/wohlstandserkrankung-gicht-2019132 

Bildnachweis: ©Envatoelements  

Learn More

Shopping cart with diabetes accessories on blue background

Comportement correct en cas d’hyperglycémie et d’hypoglycémie !

L’hyperglycémie et l’hypoglycémie peuvent toutes deux être une conséquence du diabète sucré. Les gens se demandent trop rarement comment ils peuvent être aidés en cas d’hyperglycémie ou d’hypoglycémie. Après tout, en cas d’urgence, les personnes concernées ont besoin de toute l’aide possible. Ici, vous pouvez en savoir plus sur la meilleure façon d’agir en cas de crise d’hyperglycémie et/ou d’hypoglycémie.   

Que sont exactement l’hyperglycémie et l’hypoglycémie ? 

Pour l’expliquer de manière très simple : l’hyperglycémie est un taux élevé de sucre dans le sang. L’hypoglycémie, en revanche, est le contraire, c’est-à-dire un faible taux de sucre dans le sang. L’hyperglycémie ou l’hypoglycémie peuvent être causées par le diabète, comme le diabète sucré. En médecine, on parle d’hyperglycémie (taux de sucre élevé dans le sang) et d’hypoglycémie (taux de sucre bas dans le sang).    

En principe, un taux de sucre dans le sang légèrement trop élevé ou trop bas n’a rien d’anormal. De légères différences de taux de sucre dans le sang sont normales. Des différences peuvent également apparaître chez des personnes en parfaite santé. Le taux de sucre dans le sang dépend toujours de l’alimentation. Le taux de sucre dans le sang peut varier en raison d’une grande variété d’aliments.   

Une glycémie stable se situe approximativement entre 3 et 8 mmol/l. Le mmol (millimoles par litre) est l’unité standard de mesure de la glycémie. En cas d’hyperglycémie, le niveau sera naturellement supérieur à 8 mmol/l. Ceci est généralement causé par l’insuline. La cause est généralement un manque d’insuline. Si l’insuline ne peut pas être produite dans le corps, nos organes ne peuvent pas utiliser le sucre et il a tendance à s’accumuler. En cas d’hypoglycémie, la valeur est inférieure à 3 mmol/l. 

Symptômes     

Il existe des différences à prendre en compte entre les symptômes typiques de l’hyperglycémie et ceux de l’hypoglycémie. Nous avons résumé ces différences ci-dessous. 

Hyperglycémie  

Fondamentalement, les symptômes de l’hyperglycémie sont très progressifs. Cela signifie que leur durée peut varier de quelques heures à plusieurs jours même.   

Ce sont les symptômes les plus courants de l’hyperglycémie : 

  • Manque d’énergie  
  • Nausées  
  • Vomissements  
  • Crampes abdominales  
  • Forte envie d’uriner   
  • Soif intense  
  • Fatigue   
  • Odeur d’acétone dans l’air   

L’odeur de l’acétone est une odeur de fruit légèrement acide dans l’haleine. C’est également un symptôme très typique du coma hyperglycémique, qui peut survenir notamment chez les diabétiques de type 1. Les diabétiques de type 2, en revanche, subissent principalement une perte de liquide élevée. D’autres symptômes sont à peine perceptibles dans le diabète de type 2.  

Remarque : Si vous ressentez les symptômes ci-dessus, vous pouvez développer un coma diabétique. Si tel est le cas, les premiers soins doivent être prodigués rapidement et le numéro d’urgence doit être appelé immédiatement. Avec notre TarisApp, vous pouvez non seulement composer le numéro d’urgence, mais aussi demander une aide professionnelle supplémentaire dans la région. Vous pouvez en savoir plus sur l’application ici même. 

Hypoglycémie     

 Les premiers symptômes de l’hypoglycémie surviennent dès que la glycémie descend en dessous de 3 mmol/l. Les symptômes les plus courants de l’hypoglycémie sont un taux de glucose sanguin faible, qui peut provoquer une crise cardiaque.   

Les symptômes les plus courants de l’hypoglycémie comprennent :   

  • Transpiration  
  • Tremblements  
  • Problèmes de concentration  
  • Sensation de faim incontrôlée  
  • Augmentation du rythme cardiaque 

Plus le taux de sucre dans le sang est bas, plus les symptômes liés aux problèmes neurologiques peuvent se manifester facilement.  Par exemple, la fonction visuelle peut être affectée ou une hémiplégie peut survenir. Tant les diabétiques que leurs proches doivent se familiariser avec ces symptômes. Si les personnes touchées sont incapables d’agir seules, elles dépendent de l’aide des autres. 

Comportement correct en cas de crises hyperglycémiques et hypoglycémiques : premiers secours 

Savoir quoi faire en cas de crises hyperglycémiques et hypoglycémiques peut être vital en cas d’urgence. Tout dépend des symptômes qui surviennent et, par conséquent, il peut y avoir des différences entre chaque cas dans l’application des premiers secours. 

Hyperglycémie   

En cas de crise hyperglycémique, l’organisme a besoin d’insuline. Seule l’administration d’insuline peut ramener la quantité de sucre dans le sang à la normale et aider la personne atteinte. Si la personne touchée par la crise est encore consciente, de l’insuline peut être administrée. Celui-ci peut être administré de différentes manières : par seringue ou médicament, par exemple. Demandez à la personne comment l’insuline est habituellement administrée.   

Vous pouvez toujours suivre ces instructions :   

  • Composez le numéro d’urgence.  
  • Vérifiez si la personne est consciente.  
  • La personne est-elle consciente ? Essayez de la calmer, puis administrez-lui de l’insuline.   
  • La personne est inconsciente ? Mettez la personne en position de repos (couchée sur le côté) et surveillez sa respiration et son pouls. 

Hypoglycémie    

 En cas de crise hypoglycémique, sachez que le corps a besoin d’aliments ou de boissons sucrés, qui ne doivent être donnés que lorsque la personne est consciente. Tout ce qui contient du glucose est bon : par exemple, une barre de chocolat ou un cola. Les aliments sucrés peuvent rapidement redonner de l’énergie à l’organisme et permettre à la personne touchée par la crise de reprendre des forces. 

En cas d’hypoglycémie, vous pouvez suivre ces instructions : 

  • Composez le numéro d’urgence.  
  • Vérifiez si la personne est consciente.  
  • La personne est-elle consciente ? Donnez alors à la personne affectée des aliments sucrés.     
  • La personne est inconsciente ? Mettez la personne en position de repos (couchée sur le côté) et surveillez sa respiration et son pouls. Cependant, la personne peut également être aidée avec une seringue de glucagon, qu’elle doit idéalement avoir sur elle. Le glucagon doit être injecté dans le haut du bras, de la cuisse ou de la fesse de la personne souffrant de la crise. Le glucagon oblige le foie à libérer rapidement les réserves de sucre. 

Remarque : En règle générale, il est conseillé aux diabétiques de toujours avoir sur eux une carte de diabétique, afin qu’ils puissent être identifiés comme diabétiques en cas d’urgence et permettre aux secouristes de mettre en œuvre les bons gestes de premiers secours. Si vous êtes diabétique et perdez connaissance, vous ne pouvez le dire à personne. Cette information peut faire la différence entre la vie et la mort en cas d’urgence.   

Articles supplémentaires : 

Sources et autres liens :

  • https://www.haufe.de/arbeitsschutz/arbeitsschutz-office-professional/erste-hilfe-365-diabetische-notfaelle_idesk_PI13633_HI1479670.html 
  • https://www.tk.de/techniker/gesundheit-und-medizin/behandlungen-und-medizin/diabetes/tk-plus-bei-diabetes-mellitus/was-ist-im-notfall-zu-tun-2013644 

Crédits photos : ©Envatoelements 

Learn More